#Copyright Skatecar#

                                     smileys Drapeaux

la technique

Présentation détaillée des parties principales de cette machine.  (En construction)

 

le châssis:

                  Châssis tubulaire soudé, boulonné,

les roues:

                 Roues MBK issues des pièces de rechange du team Solex'in (membre émérite des compétitions de Solex). D'ou le fait que je n'ai pas une uniformité de teintes.

les freins:

                 Freins avant: deux disques de cyclomoteurs (diamètre 220 mm) et deux pinces de 600 CBR

                 Un maître cylindre de frein arrière Nissin. (un peu light d'ou mes problèmes de freins au début).

                 Frein arrière: une pince de 125 Kx récupérées sur le Solex de course elle a au moins 25 ans mais comme stabilisateur cela suffit.

les sièges:

                 Sièges de Karting en fibre de verre

la direction:

                Direction en prise directe, épure de Jeantaud, bielettes sur axes croisés coté colonne et coté roue.

la bascule:

                Les trains avant et arrières sont sur le même principe. Un train à deux triangles superposés, les amortisseurs prennent appui d'un coté sur le triangle inférieur comme sur une voiture, et de l'autre sur un levier mobile en rotation par rapport au châssis. Sur une voiture le deuxième point est fixe sur la caisse, leur but est d'avoir un minimum de roulis, le mien de générer le roulis.

               Le pilotage de la bascule est réalisé avec deux vérins électriques de 3000 N pilotés en fonction de la vitesse du véhicule, de l'angle volant et de l'angle châssis en fait l'angle entre le levier de bascule et le châssis.

le moteur:

                Moteur à aimants permanents, PMG 132, ce n'est pas le plus puissant mais avec 8 à 10Kwhatt et 2000 à 2500 tr/min cela suffit dans un premier temps. Alimenté en 48 V via un contrôleur 4Q avec régénération.

les commandes:

                Capteur de vitesse: construit à partir de trois aimants fixés sur la jante, comme un bon vieux compteur de vélo, je récupère les "Top" dans un automate "industriel" qui avec son horloge interne mesure la vitesse de rotation trois fois par tour. c'est pas de l'horlogerie, c'est pas du niveau d'un ABS mais ça marche.

                Capteur d'angle volant: Un potentiomètre 0-5Kohms, deux pignons taillés dans la masse pour la circonstance, un renvoi vers l'automate et j'arrive à mesurer de l'ordre du degrè d'angle volant.

               Capteur d'angle châssis: Un potentomètre linéaire 0-10Kohms 200 mm de course utile relié d'un coté au châssis de l'autre au levier de bascule, et via toujours le même automate j'arrive à distinguer environ 1 à 2 degrés d'angle châssis.

 

Le principe: C'est très simple, pour contrer la force centrifuge, plus on va vite plus il faut pencher, (y'a qu'à calculer, faire un abaque, définir une loi ou même une approximation ) et renvoyer la commande aux verins.

Pour ma part, j'ai construit l'abaque ci dessus, j'ai pris une loi moyenne, (du niveau de mes compétences en moto, donc très très très loin de V Rossi) mais suffisante pour avoir des sensations .

Là le véhicule fait tout comme un grand, je tourne le volant il penche et il tourne!!!!! et le meilleur c'est que vu la projection au sol de l'engin, il doit être possible de prendre des angles fous sans gamelle ou des angles bien moins fous sans sortir de la route. Génial!!!!! 

ou:

on est meilleur que l'automate et dans ce cas, on laisse le volant et on conduit uniquement avec les deux boutons de commande directe des vérins, ça marche aussi je penche à gauche je tourne à gauche, je penche à droite je tourne à droite. Dans la pratique c'est pas pratique en tous cas pas spontané!!!!

Bref après deux trois tentatives, j'ai fini par faire confiance à l'automate.